Professor Mohamed Cheriet is awarded the Outstanding Professional Success Prize of the Excellence Club Avenir

The fifteenth edition of the Gala Club Avenir was held this Saturday, November 4 at the Montreal Gesù Hall in the presence of diplomats, dignitaries, journalists and members of the community. This annual event is an opportunity to award the Club Avenir Foundation's Excellence Awards to members of the Algerian community in Canada who have distinguished themselves with outstanding achievements in various fields. The gala is held every year on a date surrounding the celebrations of the feast of November 1, 1954, when a handful of Algerian citizens decided to fight for the independence and freedom of its people.

Nomination Process and Selection of Candidates
The nomination and selection committee was chaired by Mr. Abdelfetah Djellas. The process of nomination and selection of candidates for the Club Avenir Awards has once again been highly transparent and rigorous. Nominations submitted are considered by members of the Selection and Nomination Committee. The nominees selected in each category according to pre-established criteria are subject to the judgment of a jury for the selection of the laureates

Winners of the 2017 Awards
Eight winners were honored in eight distinct categories. Each winner of the 2017 Avenir Club Awards has received a selection certificate and an original trophy, the work of artist Mehel.

Mohamed Cheriet: Outstanding professional success
Mohamed Cheriet has been a professor in the Department of Automated Production Engineering at ÉTS since 1992. He holds the
Canada Research Chair in Smart Sustainable Eco-Cloud and has published more than 300 scientific publications that have shaped the fields of data processing and recognition, and information technology. He has chaired numerous scientific conferences and acted as publisher of prestigious journals, demonstrating his leadership role in the Canadian and international scientific communities on data processing and green ICTs.


Des chercheurs en intelligence artificielle de l’ÉTS brillent à SÉRI Montréal

https://www.etsmtl.ca/nouvelles/2017/Recherche-et-industrie-(1)Activité de maillage axée sur l’innovation et la technologie, SÉRI Montréal, une initiative de la Ville de Montréal et de ses partenaires, a tenu sa cinquième édition le 17 octobre à la Société des arts technologiques (SAT). « Intelligence : (r)évolution » était la thématique à l’honneur. La crème des chercheurs et des industriels en intelligence artificielle, intelligence d’affaires et neurosciences s’y était donné rendez-vous et l’ÉTS y était représentée de belle façon par ses professeurs-chercheurs. Lieu de réseautage de haut niveau, les soirées SÉRI se déroulent en différents temps : réseautage entre participants, brèves conférences, visites des kiosques des vitrines technologiques et rendez-vous d’affaires planifiés. Occasion unique de tisser des liens privilégiés, de cibler des partenariats stratégiques potentiels et de provoquer l’émergence de nouveaux projets, la soirée a donné lieu à de riches échanges qui jettent les bases de futures collaborations. Les vitrines technologiques de l’ÉTS Toute la soirée, les trois vitrines de l’ÉTS ont été fort achalandées. Des chercheurs, des gens d’affaires, des représentants municipaux et autres intéressés ont échangé avec grand intérêt sur les différentes perspectives liées à l’intelligence artificielle. Vie intelligente, objets connectés, imagerie médicale, apprentissage machine et reconnaissance visuelle ont alimenté les conversations. Les professeurs Mohamed Cheriet et Kim Khoa Nguyen représentaient le Laboratoire à ciel ouvert de la vie intelligente (LabVI). Créé en 2016 par Vidéotron en collaboration avec Ericsson, l’ÉTS et le Quartier de l’innovation de Montréal (QI), ce laboratoire est le premier du genre au Canada. Il permet de tester sur le terrain et dans des conditions réelles des applications technologiques concrètes qui pourront améliorer et simplifier le quotidien des Québécois. Les activités du laboratoire reposent sur trois piliers : connectivité, capteurs et sondes, données et analyse. Parmi les projets en cours, notons ceux des résidences étudiantes intelligentes et de la transmission de données par lumière DEL. Un portail web, LabVI.ca, a été récemment lancé afin d’inviter citoyens, universitaires et entrepreneurs à proposer des projets s’inscrivant dans cette révolution numérique.Représentant le Laboratoire d’imagerie, de vision et d’intelligence artificielle (LIVIA), les professeurs Éric Granger et Marco Pedersoli ont animé une vitrine technologique intitulée « Apprentissage machine pour la reconnaissance visuelle ». L’objectif de leurs recherches est de développer de nouvelles techniques en apprentissage machine et en vision par ordinateur afin de modéliser et de reconnaître des objets visuels à partir de données vidéos faiblement annotées. Deux applications clés découleront de leurs travaux. D’abord, sur le plan de la vidéo surveillance, elles permettront la détection, la poursuite et la reconnaissance de personnes, visages ou voitures. Sur le plan de la santé, c’est la détection du stress, de la douleur ou de la dépression qui sera rendue possible grâce à la reconnaissance de l’expression faciale ou vocale d’un individu. Les professeurs Christian Desrosiers, Matthew Toews, Hervé Lombaert et Ismail Ben Ayed, également du LIVIA, ont tenu quant à eux la vitrine technologique « Intelligence artificielle et santé : apprentissage automatisé pour l’analyse d’images médicales ». Leurs travaux mettent en valeur les possibilités qu’offre l’intelligence artificielle pour des avancées majeures en imagerie médicale telles que la segmentation automatisée de régions anatomiques, le diagnostic assisté par ordinateur ou la planification chirurgicale. Ce vaste projet permettra une détection plus efficace de maladies, des traitements personnalisés et adaptés ainsi qu’une réduction du temps requis pour la collecte et l’annotation de données. Le tout se traduira par des gains importants en temps, en coûts et en précision.Édition record pour SÉRI Montréal Au terme de la cinquième édition de cet événement, l’équipe de SÉRI a enregistré une participation record, ayant accueilli près de 350 participants. Une quinzaine de secteurs d’activités, tous liés à l’intelligence, ont été représentés et des projets et travaux de recherche ont été exposés dans 23 vitrines technologiques. Pour couronner le tout, quelques centaines de rendez-vous d’affaires ont eu lieu afin de développer des maillages stratégiques entre chercheurs et industriels.


Des chercheurs en intelligence artificielle de l’ÉTS brillent à SÉRI Montréal

https://www.etsmtl.ca/nouvelles/2017/Recherche-et-industrie-(1)

Activité de maillage axée sur l’innovation et la technologie, SÉRI Montréal, une initiative de la Ville de Montréal et de ses partenaires, a tenu sa cinquième édition le 17 octobre à la Société des arts technologiques (SAT).

« Intelligence : (r)évolution » était la thématique à l’honneur. La crème des chercheurs et des industriels en intelligence artificielle, intelligence d’affaires et neurosciences s’y était donné rendez-vous et l’ÉTS y était représentée de belle façon par ses professeurs-chercheurs.

Lieu de réseautage de haut niveau, les soirées SÉRI se déroulent en différents temps : réseautage entre participants, brèves conférences, visites des kiosques des vitrines technologiques et rendez-vous d’affaires planifiés. Occasion unique de tisser des liens privilégiés, de cibler des partenariats stratégiques potentiels et de provoquer l’émergence de nouveaux projets, la soirée a donné lieu à de riches échanges qui jettent les bases de futures collaborations.

Les vitrines technologiques de l’ÉTS

Toute la soirée, les trois vitrines de l’ÉTS ont été fort achalandées. Des chercheurs, des gens d’affaires, des représentants municipaux et autres intéressés ont échangé avec grand intérêt sur les différentes perspectives liées à l’intelligence artificielle. Vie intelligente, objets connectés, imagerie médicale, apprentissage machine et reconnaissance visuelle ont alimenté les conversations.

Les professeurs Mohamed Cheriet et Kim Khoa Nguyen représentaient le Laboratoire à ciel ouvert de la vie intelligente (LabVI). Créé en 2016 par Vidéotron en collaboration avec Ericsson, l’ÉTS et le Quartier de l’innovation de Montréal (QI), ce laboratoire est le premier du genre au Canada. Il permet de tester sur le terrain et dans des conditions réelles des applications technologiques concrètes qui pourront améliorer et simplifier le quotidien des Québécois. Les activités du laboratoire reposent sur trois piliers : connectivité, capteurs et sondes, données et analyse. Parmi les projets en cours, notons ceux des résidences étudiantes intelligentes et de la transmission de données par lumière DEL. Un portail web, LabVI.ca, a été récemment lancé afin d’inviter citoyens, universitaires et entrepreneurs à proposer des projets s’inscrivant dans cette révolution numérique.

ETS at SÉRI

Représentant le Laboratoire d’imagerie, de vision et d’intelligence artificielle (LIVIA), les professeurs Éric Granger et Marco Pedersoli ont animé une vitrine technologique intitulée « Apprentissage machine pour la reconnaissance visuelle ». L’objectif de leurs recherches est de développer de nouvelles techniques en apprentissage machine et en vision par ordinateur afin de modéliser et de reconnaître des objets visuels à partir de données vidéos faiblement annotées. Deux applications clés découleront de leurs travaux. D’abord, sur le plan de la vidéo surveillance, elles permettront la détection, la poursuite et la reconnaissance de personnes, visages ou voitures. Sur le plan de la santé, c’est la détection du stress, de la douleur ou de la dépression qui sera rendue possible grâce à la reconnaissance de l’expression faciale ou vocale d’un individu.

Les professeurs Christian Desrosiers, Matthew Toews, Hervé Lombaert et Ismail Ben Ayed, également du LIVIA, ont tenu quant à eux la vitrine technologique « Intelligence artificielle et santé : apprentissage automatisé pour l’analyse d’images médicales ». Leurs travaux mettent en valeur les possibilités qu’offre l’intelligence artificielle pour des avancées majeures en imagerie médicale telles que la segmentation automatisée de régions anatomiques, le diagnostic assisté par ordinateur ou la planification chirurgicale. Ce vaste projet permettra une détection plus efficace de maladies, des traitements personnalisés et adaptés ainsi qu’une réduction du temps requis pour la collecte et l’annotation de données. Le tout se traduira par des gains importants en temps, en coûts et en précision.

SÉRI Montréal

Édition record pour SÉRI Montréal

Au terme de la cinquième édition de cet événement, l’équipe de SÉRI a enregistré une participation record, ayant accueilli près de 350 participants. Une quinzaine de secteurs d’activités, tous liés à l’intelligence, ont été représentés et des projets et travaux de recherche ont été exposés dans 23 vitrines technologiques. Pour couronner le tout, quelques centaines de rendez-vous d’affaires ont eu lieu afin de développer des maillages stratégiques entre chercheurs et industriels.


Le professeur Mohamed Cheriet reçu Fellow de l’Académie canadienne du génie

À l’occasion de son symposium et de son assemblée générale annuelle du 26 juin dernier, l’Académie canadienne du génie a intronisé le professeur Mohamed Cheriet (Génie de la production automatisée) à son prestigieux club des Fellows. Son président, Douglas Ruth, a déclaré : « Nous accueillons les nouveaux Fellows qui sont tous des ingénieurs aux compétences hors pair. Bien qu’ils proviennent de milieux très variés, ils partagent tous la capacité avérée d’aller au-delà de la pratique normale du génie pour apporter une contribution exemplaire à leurs domaines et communautés. Nous nous attendons à de grandes réalisations par le biais de leur implication dans les activités de l’Académie. Auparavant, les Fellows de l’Académie ont mené d’importantes études dans les domaines de l’éducation, l’énergie et l’innovation. Nous avons hâte de voir la manière dont ces nouveaux Fellows exploreront de nouveaux passionnants aspects de l’ingénierie et leur impact sur les politiques publiques. » 
M. Ruth ne croyait pas si bien dire au sujet du professeur Cheriet. Grand spécialiste des réseaux de nouvelles générations (NGN), de l’infonuagique écologique, des réseaux intelligents et maintenant de la vie intelligente et de l’internet des objets (IoT) – que l’on tend à désigner comme l’internet de l’avenir – Mohamed Cheriet et ses nombreux collaborateurs sont déjà loin devant.

Douglas Ruth, président de l’Académie canadienne du génie et Mohamed Cheriet, professeur-chercheur au Département de génie de la production automatisée de l’ÉTS et nouveau Fellow de l’ACGDouglas Ruth, président de l’Académie canadienne du génie et Mohamed Cheriet, professeur-chercheur au Département de génie de la production automatisée de l’ÉTS et nouveau Fellow de l’ACG

Verdir l’internet
Le professeur Cheriet est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la durabilité écologique d'Eco-Cloud, directeur du réseau Internet Greenstar alimenté par des sources d’énergie renouvelable, et directeur de Synchromédia, le Laboratoire de communication multimédia en téléprésence. Quel que soit le chapeau qu’il porte, le professeur Cheriet cherche à réduire la pollution des technologies de l’information et de la télécommunication (TIC). Rappelons que les émissions de gaz à effet de serre liées aux TIC équivalent aujourd’hui à celles de l’aviation, et augmentent de 2 % par an.
 
Plus récemment, en septembre 2016, il a participé à la création du nouveau Laboratoire à ciel ouvert de la vie intelligente (LabVI), un projet copiloté par Vidéotron, Ericsson, l’ÉTS et le Quartier de l’innovation de Montréal. Parmi les projets de recherche soutenus par le LabVI, la « résidence intelligente » du professeur Cheriet offrira aux chercheurs d’innombrables possibilités de développer des technologies pour réduire la pollution des TIC et autres formes de gaspillage domestique de ressources (eau - air - électricité), puisque la plupart des technologies installées serviront à réduire la consommation d’énergie.
 
Un leader international  
Mohamed Cheriet est professeur au Département de génie de la production automatisée de l’ÉTS depuis 1992.
 
Il est l’un des très rares chercheurs à avoir mis sur pied et dirigé des initiatives de recherche d’envergure internationale allant de l’informatique verte aux sciences humaines. On lui doit des contributions fondamentales dans les domaines du traitement et de la reconnaissance des données, de l’infonuagique et des TIC vertes, au cours d’une carrière qui couvre plus de deux décennies.
 
Mohamed Cheriet compte plus de 300 publications de haute tenue. Il a présidé de nombreux congrès scientifiques et agi à titre d’éditeur de revues prestigieuses, témoignant de son rôle de leader au sein des communautés scientifiques canadiennes et internationales sur le traitement des données et les TIC vertes. Il est président-fondateur de la section montréalaise de la Computational Intelligent Systems Society de l’IEEE et membre de la Commission des études de l’ÉTS.
 
Il a reçu la Médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II, le Prix d’excellence en recherche du conseil d’administration de l’ÉTS, ainsi que de nombreuses autres distinctions de renom décernées par l’IEEE (Médaille J.M. Ham, soulignant l'excellence en enseignement du génie) et la communauté de traitement de l’image et de reconnaissance de données (Fellow de l’IAPR : International Association of Pattern Recognition).
 
L’ÉTS félicite le professeur Cheriet pour ce nouvel honneur qui témoigne encore une fois de l’importance de ses travaux pour notre société et pour le rayonnement de l’ÉTS dans un secteur de pointe en pleine effervescence.
 
À propos de l’Académie
L’Académie canadienne du génie (ACG) est l’institution nationale par laquelle les ingénieurs les plus distingués et les plus expérimentés du Canada prodiguent des conseils stratégiques sur les enjeux d’importance primordiale pour le Canada. L’ACG est une organisation à but non lucratif indépendante et autonome fondée en 1987. Les membres sont nommés et élus par leurs pairs au rang de Fellow honoraire à la lumière de leurs remarquables accomplissements et des services rendus à la profession de l’ingénierie tout au long de leur carrière. Les Fellows de l’Académie canadienne du génie s’engagent à mettre leur expertise en matière de génie au service de tous les Canadiens et Canadiennes.

Professor Mohamed Cheriet is a new Fellow inducted at the Canadian Academy of Engineering

Being a Fellow of the Canadian Academy of Engineering is one of the highest honors the profession can bestow upon an engineer. Professor Cheriet has been nominated by his peers (current Fellows of the Academy) because of his outstanding achievements in his profession and his considerable contribution to engineering in Canada.

Dr. Douglas Ruth, President of the Canadian Academy of Engineering and Mohamed Cheriet, Research Prof. at ÉTS and new CAG Fellow


ericssonlogo
inocybelogo
canalogo
cienalogo
Civimetrix Telecom logo
mitacslogo
risq logo
nserclogo
promptlogo
ecolepolytechniquelogo
University of Torontologo
frqntlogo
uqlogo
MDEIE logo
cfilogo
ciraiglogo